Psycho positive - Sophrologie - Pleine conscienceIl est vrai que face à la multitude de techniques utilisées pour développer son bien-être, on pourrait vite perdre le nord. Et pourtant, même si ces approches paraissent aux premiers abords assez différentes par leur nom, elles se révèlent finalement assez complémentaires et parfois très similaires. Décryptage…

Psychologie positive

Parlons d’abord de psychologie positive. La psychologie positive s’intéresse surtout à la santé et au bien-être, à ce qui rend les humains résilients, heureux, optimistes.

Pour Shelly Gable et Jonathan Haidt, la psychologie positive est « l’étude des conditions et processus qui contribuent à l’épanouissement ou au fonctionnement optimal des individus, des groupes et des institutions »

Malgré son nom, qui semble pour certains sorti du monde des bisounours, le principe de la psychologie positive n’est aucunement de nier ce qui va mal, ce qui ne va pas, d’oublier que l’on souffre, que l’on ressent certaines émotions désagréables. En écrivant cela me vient le sketch du déprimé de Dany Boon qui se répète à chaque crise “Je vais bien, tout va bien” en espérant se convaincre. D’ailleurs chez les personnes déprimées ou dépressives, la psychologie positive se pratique à titre préventif, pour notamment éviter les rechutes.

En quoi elle consiste ?

Il s’agit en psychologie positive de s’exercer à :

  • Ne pas nourrir les pensées négatives et éviter les ruminations
  • Prendre quelques instants pour s’extraire un peu du flux des pensées
  • Focaliser son attention sur ce qui va bien, ce qui nous procure du plaisir, de la détente, de la joie que ce soit dans l’instant précis ou durant la journée qui vient de s’écouler
  • Prendre le temps de ressentir pleinement ces sensations, émotions agréables
  • Ancrer ces sensations agréables, le souvenir du contexte dans son mental

Le fait d’entraîner son cerveau à porter une attention particulière à ces instants précieux, va nous permettre d’être mieux armé pour affronter les difficultés que nous rencontrons tous durant notre vie, mais également de cerner les éléments qui vont nous permettre de mieux récupérer, nous ressourcer. A la manière d’une soupape, cet entraînement va venir amoindrir l’impact des événements plus rudes et permettra de revenir à un équilibre, une stabilité émotionnelle plus rapidement.

Des études viennent d’ailleurs confirmer le rôle des émotions positives sur le maintien d’une bonne santé.

Méditation de pleine conscience

Cette méditation dite “laïque” mais grandement inspirée des techniques boudhistes consiste à être pleinement présent et attentif à sa présence. On porte attention à son corps tel qu’il est, à ses ressentis, à ses émotions, même ses pensées. On reste également ouvert à ce qui est autour de soi. On apprend à accepter l’expérience vécue et éprouvée, à se libérer du jugement et des a priori, sans rechercher quoi que ce soit de précis.

Pour le reste, la pleine conscience peut aussi se pratiquer dans ses activités du quotidien pour sortir du mode “pilote automatique”. Il s’agira de se créer des espaces de temps pour expérimenter par exemple un mets en pleine conscience, savourer les textures, les saveurs. Ou encore prendre sa douche et ressentir pleinement ce moment, les odeurs, l’eau chaude sur sa peau. La pleine conscience pourrait presque se pratiquer à tout moment et certaines entreprises l’investissent même pour apprendre aux collaborateurs à travailler en pleine conscience.

Sophrologie

La sophrologie est née d’un ensemble d’inspirations comme l’hypnose, le zen et le yoga. Mise au point par un neuropsychiatre, elle vise à l’harmonie du corps et de l’esprit. A travers l’écoute de ses ressentis, l’objectif est de prendre conscience de soi (corps et mental) et de ses capacités.

La sophrologie allie :

  • des exercices dits de “relaxation dynamique” réalisés debout ou assis qui mettent en général le corps en mouvement
  • un travail avec différentes respirations (naturelle, thoracique, abdominale, etc.)
  • des visualisations ou suggestions positives

La différence entre sophrologie et méditation de pleine conscience est assez subtile. Mais l’on pourrait dire que si en pleine conscience on cherche à accepter sa présence, ses ressentis, ses émotions, la sophrologie cherche, elle, à activer des ressentis agréables et positifs.

De la même façon, si la pleine conscience consiste à être pleinement dans le moment présent, en sophrologie il sera aussi possible de se projeter mentalement dans le passé ou le futur.

Pour résumer très synthétiquement, la sophrologie se situerait à peu près à la jonction entre pleine conscience et la psychologie positive par l’utilisation d’images et suggestions positives et l’accueil des ressentis qu’elles génèrent.

psychopositivepleineconscience
Source : Pleine conscience et psychologie positive : incompatibilité ou complémentarité ? Rébecca Shankland – Christophe André

Les trois méthodes étant extrêmement riches d’enseignements, le travail pourrait être de parvenir à les manier et les adapter aux divers profils et situations rencontrés.

Et vous ? Utilisez-vous ces techniques ? Que vous apporte leur pratique au quotidien ?